Les grands enjeux

Une ressource inestimable mais fragile …

Exploitées depuis plusieurs siècles, les nappes de la Vistrenque et des Costières constituent un réservoir d’eau stratégique pour l’alimentation en eau potable des communes du Sud du Gard.

Restaurer et préserver la qualité de l’eau souterraine

L’eau des nappes filtrée par les cailloux et les sables qui composent le réservoir est naturellement de bonne qualité. Toutefois des pollutions par les nitrates et les pesticides altèrent localement la qualité de l’eau. Les nitrates proviennent majoritairement des engrais utilisés en agriculture mais aussi des eaux usées domestiques. Les pesticides ont pour origine les produits chimiques utilisés pour éradiquer les « mauvaises herbes » et les nuisibles (insectes, champignons …) employés en agriculture mais aussi dans les jardins, les parcs, les espaces verts …

Ces pollutions peuvent localement compromettre l’usage des nappes pour l’alimentation en eau potable. Cette situation bien que préoccupante n’est pas irréversible et des démarches collectives de restauration et de préservation de la qualité de l’eau ont été engagées.

Maintenir l’accessibilité à la ressource en eau souterraine

Face au développement de l’urbanisation et des activités économique,  des infrastructures de transport …, maintenir l’accessibilité à la ressource en préservant l’espace nécessaire à la protection des captages publics devient de plus en plus difficile.

Les captages publics, autrefois situés en périphérie des villages, se retrouvent parfois gagnés par l’urbanisation. Ces captages devenus alors improtégeables contre les pollutions ponctuelles et accidentelle voient leur pérennité remise en question. Les collectivités doivent alors engager des démarches, pour réaliser un nouveau captage dans les nappes ou trouver une nouvelle ressource, qui s’avèrent très longues et très coûteuses.

De l’eau en quantité suffisante aujourd’hui

Les nappes ne sont pas en déséquilibre quantitatif et permettent d’assurer les besoins en eau actuels. Elles restent toutefois sensibles aux variations saisonnières : plusieurs années de faible recharge hivernale peuvent entraîner une forte baisse du niveau de l’eau et donc limiter temporairement l’accès à la ressource.

L’exploitation des nappes va très probablement s’intensifier à l’avenir pour l’alimentation en eau potable en raison de l’afflux de population attendu. Les projections montrent une augmentation des prélèvements de 40 % dans les nappes à horizon 2040.

Les tendances d’évolution du climat en zone méditerranéenne sont difficilement prévisibles car les modèles climatiques ne convergent pas toujours, en particulier concernant les précipitations. Toutefois, les experts semblent s’accorder sur un changement dans la répartition et la fréquence des épisodes pluvieux (les événements de pluviométrie extrêmes pourraient devenir plus fréquents, la recharge hivernale des nappes pourrait être décalée…) qui pourrait avoir une incidence sur la recharge des nappes.

Il est donc important d’apprendre, dès aujourd’hui, à économiser et à mieux gérer l’eau à tous les niveaux afin d’anticiper et d’assurer la préservation de nos ressources pour l’avenir.